Vibrante et hospitalière, l’Arménie recèle de nombreux trésors

Méconnue chez nous, l’Arménie possède pourtant beaucoup d’atouts à découvrir. Un an après la Révolution de velours, l’espoir grandit de voir le tourisme se développer dans la patrie de Noé.

Texte : RÉANE AHMAD
Photos : RÉANE AHMAD sauf mentions contraires

Lorsque l’on évoque l’Arménie, deux idées viennent à l’esprit : Charles Aznavour et le génocide arménien. Et c’est à peu près tout ! Or ce pays du Caucase mérite que l’on s’intéresse davantage à ses atouts : la vie animée de sa capitale Erevan, l’hospitalité chaleureuse de ses habitants ainsi que la richesse de son histoire et de son patrimoine*.

En mai 2018, l’Arménie est entrée dans une nouvelle phase après sa Révolution de velours, mouvement national qui marque pour certains la sortie de l’ère post-soviétique. Une réponse à la corruption des élites et à la pauvreté, dans un pays où le salaire moyen se situe à quelque 300 francs par mois. Ce changement politique est porteur d’espoir pour tous, notamment en matière de développement touristique. **

* Retrouvez notre galerie photos sur notre page Facebook « Plaisirs Gastronomie & Voyages ».
** Office du tourisme pour les pays francophones : www.destination-armenie.fr

 

BOUILLONNANTE EREVAN

Sans renier un passé mouvementé et douloureux, les habitants d’Erevan font preuve d’une joie de vivre perceptible de jour comme de nuit. Parcs publics, fontaines, terrasses de café et clubs de jazz animent le centre-ville de la capitale d’1 million d’habitants. Les constructions de tuf, pierre volcanique, valent à Erevan son surnom de « Ville rose ». À ne pas manquer, une promenade sur la rue Abovyan qui débouche sur l’imposante place de la République, ainsi qu’une montée des 572 marches de la Cascade, monument des années 70 qui abrite un centre d’art contemporain.

Bâtiment incontournable, le Matenadaran recèle quant à lui un trésor inestimable de 18 500 manuscrits dont 14 500 en alphabet arménien (créé en 405 par Mesrop Mashtots). La collection de manuscrits est d’une grande diversité, allant d’anciens parchemins à la Bible, en passant par la littérature grecque, scientifique ou artistique. Cet Institut de recherches et Bibliothèque est inscrit au registre Mémoire du Monde de l’UNESCO.

Bergères faisant paître leurs moutons dans le cimetière de Noradouz, qui comprend des centaines de khatchkars médiévaux (pierres à croix).

Immanquable également, un passage au Tsitsernakaberd, Fort aux hirondelles, permet d’appréhender la profonde tragédie ancrée dans la mémoire collective arménienne. Entre 1914 et 1923, près d’1,5 million de personnes périrent sur ordre des Jeunes-Turcs. Sobre, le Mémorial symbolise une pierre tombale ouverte comme une plaie, qui ne se refermera que lorsque la Turquie reconnaîtra le génocide.

Une flèche de 44 mètres de haut représente la renaissance de la nation arménienne, fendue en deux entre les Arméniens au pays (3 millions) et la diaspora répartie dans le monde (7 millions). Sur tout le site résonnent des chants poignants écrits à l’occasion du centenaire du génocide. Chaque 24 avril, tous les Arméniens se pressent au Mémorial pour y déposer des montagnes de fleurs autour de la flamme.

À Erevan, la place de la République regroupe notamment le Palais du gouvernement, la Galerie nationale et le Musée d’histoire ainsi que le Ministère des Affaires étrangères.

 

AUX ORIGINES DU CATHOLICISME

En 301, l’Arménie devint le premier État à adopter le catholicisme comme religion officielle. Proche d’Erevan, le Monastère de Geghard aurait été fondé du temps des premiers Chrétiens au IVesiècle. Classé au Patrimoine mondial de l’UNESCO, il a pour particularité d’être creusé à même la roche et de présenter une partie souterraine où les prêtres s’exercent pour leur liturgie. De nombreux khatchkars (pierres à croix) y sont visibles. Y aurait vécu Saint Grégoire L’Illuminateur, qui évangélisa l’Arménie et fut le premier Catholicos, patriarche de l’Église arménienne. Le monastère devint un haut lieu de pèlerinage, en raison des reliques de la Sainte Lance et d’un fragment de l’Arche de Noé qu’il abritait.

Aujourd’hui, cette Sainte Lance est exposée dans le complexe religieux d’Etchmiadzin, siège de l’Église apostolique arménienne, inscrit au Patrimoine mondial de l’UNESCO.  Le « petit Vatican » abrite un parc, plusieurs églises et un musée. La magnifique cathédrale Sourp Etchmiadzin, plus ancien édifice chrétien arménien, est actuellement fermée pour rénovations. Non loin de là, le site archéologique de Zvartnots vaut aussi le détour. Il comprenait un grand palais de 80 mètres de haut, détruit par un tremblement de terre.

Monument des années 70 incontournable à Erevan, la Cascade abrite un centre d’art contemporain depuis 2009.

 

Entouré par la falaise, le remarquable Monastère troglodyte de Geghard est en partie sculpté dans la roche.

 

SUD DU PAYS

Direction le sud pour rejoindre le Monastère de Khor Virap, premier lieu saint de l’Arménie chrétienne. Au IVe siècle, le roi Tiridate persécuta les Chrétiens et y fit jeter le futur Grégoire L’Illuminateur treize ans dans une fosse (Khor Virap signifie puits profond). Or, lorsque le roi tombe malade, Grégoire fut le seul capable de le guérir. Il le convertit alors au christianisme… Si la vision du Mont Ararat (5165 mètres) est superbe depuis le monastère, elle rappelle aussi les tensions toujours existantes avec la Turquie concernant ce territoire historiquement arménien.

Dans la région de Goris, le complexe monastique de Tatev datant du IXesiècle se révèle lui aussi être un bijou (1537 mètres). Pour rejoindre cette université médiévale autrefois difficilement accessible, on emprunte depuis 2010 le plus long téléphérique à va-et-vient du monde sur 5,7 kilomètres. De construction suisse (Doppelmayr-Garaventa), les « Ailes de Tatev » offrent une vue à couper le souffle sur les gorges de la rivière Vorotan et les montagnes. Ne pas hésiter à monter dans un taxi (1000 drachmes) pour rejoindre un superbe point de vue sur le monastère !

À Gumri, la statue de Charles Aznavour rappelle l’engagement du chanteur auprès des victimes du terrible tremblement de terre de 1988.

 

La grotte d’Areni abrite des vestiges archéologiques exceptionnels, comme cette karas, amphore utilisée pour fermenter le vin.

 

La Sainte Lance est conservée à Etchmiadzin, siège de l’Eglise apostolique arménienne.

 

Gumri et son Église principale sont encore meurtries par le tremblement de terre de 1988 qui a détruit 60 % de la ville.

 

Chaque 24 avril, les Arméniens affluent au Mémorial à Erevan pour commémorer le génocide autour de la flamme.

 

Le Matenadaran, à Erevan, recèle une collection unique au monde de plus de 18 500 manuscrits.

 

NORD DU PAYS

Faisant deux fois et demie la taille du lac Léman, le lac Sevan éblouit par la couleur azur de ses eaux. Plus grand lac de montagne du Caucase, il fait office de véritable mer intérieure et couvre 5 % de la surface de l’Arménie. L’une de ses péninsules est dominée par les monastères de Sevanavank et Hayravank. À voir également le cimetière de Noradouz, qui compte 728 khatchkars du IX-Xe au XVIXVIIe siècles (pierres à croix).

Au Nord-Ouest du pays, la deuxième ville du pays, Gumri, est encore largement meurtrie par le terrible tremblement de terre de 1988. D’une magnitude de 6,9 sur l’échelle de Richter, cette catastrophe emporta quelque 25 000 à 30 000 personnes et détruisit 60 % de la ville. Les ruines toujours présentes ici et là en témoignent, tout comme la statue en hommage aux victimes érigée devant l’Église principale, dont l’intérieur est condamné. La corruption a fortement ralenti la reconstruction. Mais depuis la révolution de 2018, les travaux reprennent peu à peu. Une statue de Charles Aznavour trône au centre-ville, en remerciement au chanteur venu sur les lieux du drame pour porter secours aux victimes. Sous son impulsion, des personnalités françaises levèrent des fonds grâce à la chanson Pour toi Arménie.