Le Club Prosper Montagné « De Crissier à Tokyo »

Rencontre de M. Kiyomi Mikuni à Tokyo, le 13 novembre 2015 dans son restaurant l’Hôtel de Mikuni, 1-18 Wakaba, Shinjuku, Tokyo 160-0011.

Le chef Kiyomi Mikuni et Jean Paul Jaccard.

Nous sommes au coeur du quartier de Yotsuya, dans un restaurant prestigieux de la haute gastronomie française de Tokyo où M. Kiyomi Mikuni oeuvre dans la plus grande tradition gastronomique. Il est vrai que le long chemin qu’il a décidé de suivre avec détermination, basé sur une grande passion pour la cuisine, n’est autre que le fruit mérité de son vrai talent.

« Le Menu du 15 novembre 2015 »
Chaque jour, le chef présente sa carte en français et en japonais:
« Salade de Saint Jacques grillées »
Salade de Saint-Jacques grillées et truffe d’automne, bulbe de lys frits, à la mayonnaise de persil et vinaigrette de truffe.

« Queue de homard poêlée »
Queue de homard poêlée et asperges blanches, brunoise de légumes, salade d’herbes à la vinaigrette de framboise, sauce homardine.
« Röti de ‹ FUGU › aux anchois »
Rôti de « Fugu » aux anchois, garni de cinq petites tomates, quinoa à la tomate, salade, sauce tomate froide.

« Suprême de pigeon braisé »
Suprême de pigeon braisé et sa cuisse confite accompagné de chou de Milan, parfumé d’ail.
« Blanc-manger de Miso »
Blanc-manger de « Miso » et « Mirin » avec sorbet de « Yuzu ».

« Mont-blanc aux marrons »
Mont-blanc aux marrons de Tokyo et chocolat.
« Café et trois gourmandises »
Café et trois gourmandises sucrées.

Queue de homard poêlée.
Suprême de pigeon braisé.

Enfin réaliser son rêve…

Mais revenons à ses débuts, lorsque actif comme chef des cuisines de l’Ambassade japonaise en Suisse, il désirait intensément poursuivre le métier chez M. Fredy Girardet de Crissier qu’il admirait.

Avec une insistance tout à fait digne de son pays, il passait souvent une partie de la journée de son samedi de congé, à attendre le passage du grand chef à l’entrée de la cuisine de l’Hôtel de Ville. Mais bien que sa présence fût remarquée, il n’était pas dans les intentions du maître de prendre un nouveau collaborateur, malgré la journée chargée du samedi. Le temps passa jusqu’au jour où, l’un des cuisiniers osa s’exprimer : « Pourquoi, ne pas le laisser venir pour nous donner un coup de main ? » La proposition fut soudainement acceptée et le jeune homme déterminé put enfin commencer à réaliser son rêve : il était dans les cuisines de Fredy Girardet à Crissier !

Mont-blanc aux marrons.

Histoire inhabituelle

A trois reprises lors du périple gastronomique organisé pour la célébration en terre vaudoise du cinquantième anniversaire du Club Prosper Montagné, cette histoire inhabituelle nous fut racontée par MM. Etienne Krebs, anciennement L’Ermitage au Lac à Clarens, Jacky Vuillet anciennement à l’Auberge de Lavaux à La Conversion et Jean Michel Colin, Auberge du Soleil à Bursins qui tous avaient vécu l’anecdote à ses côtés dans la cuisine de Crissier, sans oublier la confirmation de M. Fredy Girardet contacté pour la circonstance.

Chaque jour, le chef présente sa carte en français et en japonais.

« C’est mon chef ! »

Sur le point de prendre l’avion pour Tokyo allant assister entre autre à une manifestation du Club japonais Prosper Montagné, l’idée nous vint de prendre quelques images évoquant nos festivités vaudoises ceci, afin de les remettre en mains propres à ce valeureux maître qui semblait avoir conservé plusieurs amis dans l’arc lémanique. Un rendez- vous fut pris par téléphone sur place et découvrant la spontanéité chaleureuse de notre interlocuteur, alors que quelques photos lui furent remises, l’intérêt grandissant et pétillant au coin des yeux, il s’attarda sur les photographies dont celle de M. Jean Michel Colin pour dire joyeusement en français : « C’est mon chef ! ».

Les initiales du grand chef « fg »

En effet, la vie de M. Kiyomi Mikuni fut métamorphosée grâce à la proposition réjouissante de quelques chefs qui devinrent par la suite tous membres du Club Prosper Montagné.

L’équipe de football de l’Hôtel de Ville de Crissier.

A notre tour, le chef japonais ému nous présenta les images d’une biographie écrite par lui — même où apparaissaient en bonne place, des photographies du bon temps qu’il avait partagé avec ses collègues de Crissier y ajoutant aussi sa participation reconnue au team du football club portant les initiales du grand chef « fg ».

« La Légion d’Honneur »

L’an dernier, M. Kiyomi Mikuni obtint la
Légion d’honneur.

Salade de Saint Jacques grillées.

De retour du Japon, visitant le regretté Benoît Violier lors d’une visite en décembre 2015, nous évoquions ensemble le passage à Crissier de M. Mikuni, dans cette célèbre cuisine.

M. Violier précisa qu’il avait eu le privilège d’écrire lui-même le texte de présentation de M. Mikuni lors de la remise de la Légion d’Honneur.

En 2020 lors des Jeux olympiques qui se tiendront à Tokyo, M. Kiyomi Mikuni a été choisi comme conseiller du Comité chargé de l’organisation des jeux olympiques et paralympiques, en
anglais : The Tokyo Organising Committee of the Olympic and Paralympic Games.