Lavaux : un parfum de liberté bucolique

Patrimoine classé de l’Unesco, la région viticole face au lac Léman est considérée comme l’une des plus belles de Suisse. Les kilomètres de terrasses superposées et murets de pierres seiches, bâtis par les moines cisterciens au Moyen Âge, sont aujourd’hui entretenus par des vignerons pur jus, soucieux de l’harmonie avec la nature qui les entourent et les nourrissent.

Texte : Mireille Jaccard

Ce jour-là, les nuages étaient anthracite, bas et gorgés de pluie. Depuis Saint Saphorin en direction de Chexbres et Cully, il fallut emprunter à pied la petite route sillonnante, mangée par les feuillages et les vignes fleuries. La chaleur lourde et l’air chargé d’effluves poivrées de petrichor rendaient le panorama plus intense encore. Comme si d’un instant à l’autre, tout allait se décoiffer, que le ciel grondant allait se froisser et que les gouttes de pluie n’attendaient qu’un signe pour se déchaîner avant d’éclabousser le paysage à grande eau.

Si certains villages séculaires et bien taillés sont nichés confortablement, d’autres s’étirent habilement. Ils semblent avoir été déposés çà et là au milieu de la parure verte par une bonne fée. Les géraniums aux pétales vifs illuminent les rebords des fenêtres ouvertes, les placettes deviennent séduisantes sous l’ombre des marronniers centenaires. Tout y est ravissant et se prête au fléchissement onctueux. On bascule d’un mouvement langoureux dans une peinture de Ferdinand Hodler.

En contrebas, le clocher sonne sobrement le quart d’heure avant que le bruissement délicat du vent, le bourdonnement des abeilles et le son de l’eau de la fontaine reprennent le dessus. Poètes, acteurs, peintres, musiciens du monde entier se sont laissés inspirer par cette terre fertile, ces gazouillis d’oiseaux et ces paysages subjuguant.

Le paysage tombe en pente verte.

UN TRAVAIL DE LONGUE HALEINE

Ce qui rend cette région aussi particulière, c’est sans doute le profil d’une Suisse qui lie le passé au présent, qui renoue l’humain à son environnement. Au bon sens, somme toute. En arpentant ces chemins étroits, impossible d’ignorer les spécificités de ce terroir abritant l’une des plus importantes régions viticoles du pays. Lavaux surplombe le lac Léman, tel un belvédère en lévitation entre ciel et terre. Un petit miracle de beauté.

Soudain voir flou par tant de beauté.

Ces terrasses abruptes, fleuron du patrimoine naturel mondial, ont été sculptées par les moines cisterciens, établis jadis en l’abbaye de Haut-Crêt, près d’Oron, à la demande de l’évêque de Lausanne au XIIe siècle. L’important travail de défrichage débute. La silhouette du vignoble du Dézaley fut forgée grâce à un effort inlassable pendant deux cents ans. Le paysage majestueux de Lavaux est un livre de géologie ouvert. Vieilles de 30 millions d’années, les molasses du sous-sol voisinent avec des bancs de poudingue et de marne un peu plus récents. Ces derniers strient le vignoble et en forment le squelette. Les glaciations à répétitions vont déterminer le paysage en laissant des traces bien visibles. Le glacier du Rhône a creusé l’auge du Léman et déposé ses moraines, la terre de nos vignobles. Très influencé par le lac qui modère les écarts de température, le climat en Lavaux ne connait pas de sécheresse excessive durant la saison estivale. Parfois rude en hiver, il alterne entre froid et périodes de dégel. Si les températures peuvent descendre jusqu’à -7 degrés, notamment en début d’année, le thermomètre affiche une moyenne de 25 degrés ou plus durant 30 à 60 jours en été. Le vent d’ouest apporte l’humidité de l’Atlantique, tandis que la bise, un temps stable et sec. Toutes ces particularités donnent l’âme à cette terre exceptionnelle. Elle se répercute directement sur le processus de maturité des raisins.

Entendre au loin la stridence d’un pépiement d’oiseau.
L’abondance.

UNE IMMERSION TOTALE

On dit qu’il y a trois soleils qui font mûrir les raisins dans la région. L’astre solaire magnifié par l’orientation de la pente, la réverbération généreuse du lac Léman et enfin, le plus poétique, celui qui se diffuse durant la nuit, lorsque décline la chaleur du jour, aux travers des vieux murs de pierres écrasés de chaleur l’après-midi. Chasselas, Pinot noir, Gamaret, Diolinoir et le très local Plant Robert labellisés par trois Appellations d’Origine Contrôlées (AOC) : Lavaux, Dézaley et Calamin sont sublimes et de belle tenue. Ils accompagnent à merveilles les plats typiquement suisses, plateau de charcuterie, fromages ou filets de perches.

Lors de la dégustation, la notion de plaisir prend une nuance différente lorsqu’elle se fait au milieu du vignoble. Un verre à la main, face à l’immensité du panorama aux couleurs changeantes, l’âme du vin, l’esprit des lieux et du corps se conjuguent dans un équilibre parfait. Ces lieux permettent de déposer devant soi, avec une précaution infinie, les confidences, de celles qui restent ancrées en mémoire bien plus longtemps que 12 caudalies. Retrouver Lavaux, c’est ranimer le cœur du passé qui se remet à battre.

La félicité.